Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

20/06/2009

Les écoutes téléphoniques

 

 

Les écoutes téléphoniques 



On n’apprend rien à personne en disant que les écoutes téléphoniques,  ça existe.  Quoi que,  on va le constater,  c’est un sujet tabou pour les oreilles de certains.  Pourquoi ? 

Les écoutes téléphoniques se sont bien modernisées.  À l’exception de quelques rares cas,  les écoutes de papa sont révolues.  Aujourd’hui,  c’est l’ordinateur qui se tape le boulot tout seul. 


Il n’est pas fainéant,  l’ordinateur. 
Il dispose aussi de très gros moyens.  Des moyens comparables et supérieurs à la capacité d’Internet.  En théorie,  rien n’interdit à l’ordinateur d’écouter la totalité des conversations téléphoniques. 

De plus,  l’informatique permet à l’ordinateur d’identifier les mots et de reconnaître une voix humaine parmi des millions.  On commence à deviner l’intérêt. 
L’ordinateur trie,  note les écoutes,  il informe sur le champ le bon intéressé dès qu’il a intercepté la conversation recherchée. 

Bref !  Le petit malin qui se croit bien inspiré en téléphonant d’une cabine publique pour échapper aux écoutes,  peut faire l’erreur de sa vie.  Va sans dire,  qu’en principe toutes les cabines publiques sont prioritairement écoutées. 

Ce qui surprend toujours,  c’est de constater que le petit malin en question,  petit malin qui,  sur un sujet précis,  admet volontiers qu’il peut être sur écoute téléphonique,  n’admettra jamais que la personne à qui il téléphone l’est,  peut être,  aussi. 

À l’époque,  le sieur Courson de « l’affaire Bousquet »,  se croyait obligé d’annoncer au téléphone tous ses projets hautement confidentiels pour lesquels il me fixait un rendez-vous quelques heures plus tard. 
Il faut se méfier de ce genre de manipulateur.  Il n'est pas clair. 
D’ailleurs dans cette affaire,  Courson n’était pas un cas unique. 


Qui peut accéder aux écoutes téléphoniques ?  
Beaucoup de monde !  En principe,  on imagine que la chose est précisément réglementée par des textes de loi. 

Oui !  Mais voilà !  Les services qui accèdent légalement aux écoutes téléphoniques sont nombreux et représentent un nombre considérable de fonctionnaires.  Et,  les fonctionnaires,  on sait ce qu’ils sont.  On en côtoie suffisamment journellement. 

Les fonctionnaires sont avant tout au service d’un pouvoir qui gagne à pourrir la vie du plus grand nombre.  Naturellement,  le pouvoir en question,  pouvoir qui contrôle le Grand capital,  le capital de la Dette publique,  ne figure pas dans la liste des services autorisés à écouter les téléphones privés. 

Personne n’accepterait de voir apparaître les curés dans les textes de loi qui légifèrent les écoutes téléphoniques. 


Précisément,  à propos des curés,  on en parle. 
J’ai gardé cette manie de participer à des réunions de bigots et de bigotes.  Ce jour là,  le thème de la réunion est du genre :  « Le progrès est t-il un bienfait social ? » 

En général,  je ne suis pas bavard.  Dans ces circonstances,  je manque vraiment d’idées.  Ces réunions sont affaires d’initiés.  Ce n’est pas mon cas. 
Il est vrai aussi que l’on évolue à des niveaux différents et qu’il ne peut y avoir de communication possible. 

Heureusement  (Grâce à dieu),  un intervenant me facilite la tâche. Il aborde l’évolution des moyens informatiques. 
À mon tour de parole,  je reprends le sujet et je développe.  Je fais connaître l’intérêt déterminant de l’informatique sur les écoutes téléphoniques.  Je ne cherche pas à faire une révolution.  Je me limite à du :  « Lu dans le journal de monsieur tout le monde ». 


Paranoïaque ! 
L’intervenante suivante me taxe immédiatement de paranoïaque.  Au delà du coté désobligeant de l’insulte,  il y a de quoi être intrigué par cette réaction mécanique. 

Ce qualificatif de paranoïaque est courant dans le monde des curés pour désigner un non-croyant.  Nos pauvres malheureux curés sont harcelés par une foule de paranoïaques.  À cela,  il existe peut-être une raison. 

Chez les curés,  toute explication passe par des trucs-machins imaginaires  (la manipulation). 
On n’aime pas les explications simples qui reposent sur des conneries techniques accessibles à tout le monde.  Voila peut être là une première explication.  On va en découvrir une autre. 


À plusieurs reprises,  je m’entends taxer de paranoïaque.  (Je vais finir par me plaindre.) 
Notamment ce jour où le thème de la soirée porte sur le célèbre événement du 11 septembre 2001. 

Je me limite à donner une petite information de base.  Mais voilà,  dans ce petit monde de bigots et de bigotes,  cette information évidente pour le plus grand nombre n’est pas appréciée par certains.  Cette information ne va pas dans le sens du dogme officiel. 
Il faut savoir que les curés sont très jaloux de l’information officielle.  On ne rigole pas avec leur jouet. 

Plusieurs années plus tard,  à la suite d’un événement fortuit mais non dû au hasard,  je découvrirai que dans ces anodines réunions on y côtoie pas moins de trois personnes qui accèdent aux écoutes téléphoniques.  Ceci explique peut être cela. 


Ce n’est pas un cas d’espèce.  J’ai déjà croisé cette situation par ailleurs. 
Il est fortement déconseillé de donner son numéro de téléphone à des organisations politico-associatives que l’on ne fait que traverser.  Pour les organisations dans lesquelles on s’engage,  c’est aux risques et périls de l’intéressé. 

Quand des individus ont pour prérogative de pourrir la vie du plus grand nombre,  quand ces mêmes individus accèdent aux écoutes téléphoniques privées,  ce n’est pas pour faire des cadeaux.  Il y a danger.  Ce n’était donc ni un hasard,  ni en toute innocence,  que je me suis entendu taxer de paranoïaque. 


Sur ce sujet,  on terminera avec le témoignage de la Juge d’instruction de la grande affaire Elf.  (Une paranoïaque,  elle aussi) 
Naturellement,  l’information est connue de tous les initiés.  Oui mais voilà !  Les initiés ne sont pas Monsieur tout le monde.  En principe,  dans ce monde de l’ombre,  Monsieur tout le monde n’est pas initié. 


Il existe des banalités interdites à divulguer.  
Ces banalités ne sont pas crédibles aux oreilles du commun des mortels.  Il faudrait que pour cela,  le commun des mortels accède à la connaissance.  Mais voilà !  Merci le silence des média !  (Et  merci,  l'ignorance des enseignants.)  

Ces banalités, 
Eva Joly en a été l’objet.  Elle n'est pas la seule.  Eva Joly en a fait un témoignage partiel.  Merci Eva Joly. 
Dans l’ombre, la main du Préfet (Page 104) 

Eva Joly a découvert que dans son bureau de juge d’instruction,  le téléphone était utilisé tel un micro d’ambiance.  En toute violation des lois et des principes,  certains écoutaient les auditions confidentielles. 


Conclusion 
Il faut savoir que,  pour un multicarte de la saloperie,  un téléphone dans un domicile privé,  même raccroché,  c’est un micro 24/24 heures. 

Le mécanisme qui permet de transformer un téléphone en micro d’ambiance 24/24 se trouve dans l’appareil dès sa conception.  Pour se connecter,  il suffit de connaître et de faire le code d’accès. 



Qui peut accéder à ce service très particulier et gratuit que le téléphone autorise ? 
Dès l’instant où l’on a connaissance du code d’accès,  avec un minimum de moyen,  pratiquement n'importe qui peut entendre chez tout le monde. 


Qui peut être écouté ? 
En la matière,  il n’existe pas de gens plus malins que les autres.  Ce sont ceux qui écoutent qui décident de l’intérêt. 


Il est bon savoir que les gens qui pratiquent les écoutes ne sont pas propres. 
On gagne à voler et à pourrir la vie du plus grand nombre.  On applique des méthodes bien rôdées. Ces méthodes ont démontrées leur efficacité. 
Le plus simple est de pratiquer des écoutes intermédiaires sur des gens qui croient n’avoir aucune raison particulière de se méfier. 


La discrète maison,  dans tout cela ? 
La discrète maison ne se sent pas vraiment concernée.  D’une part,  en matière d’écoutes téléphoniques,  les services préfèrent de beaucoup s’intéresser à l’entourage des personnes.  Il n’est pas nécessaire d’en expliquer la raison. 

D’autre part,  la maison possède bien un téléphone mais ce téléphone est équipé d’un répondeur et le tout est installé dans un local inhabité.  Il faudra donc trouver autre chose. 

 

 

Commentaires

.

Les téléphones transformés en micros d’ambiances.
L’information sur les téléphones portables transformés en micros d’ambiances, même et surtout quand ceux-ci sont éteints, a eut le mérite de faire connaître cette pratique.

Dans les réunions importantes la règle est, de non seulement éteindre son portable, mais aussi de retirer la batterie.

Enfin, par la circonstance, beaucoup on découvert qu’un téléphone fixe peut lui aussi se transformer et micro d’ambiance et cela depuis toujours. Le mécanisme est dans l’appareil dès sa conception.

La première question est de savoir : « Qui peut écouter dans ces conditions ? »
La réponse est : « Pratiquement tout le monde et c’est gratuit. »
Il suffit de connaître le code d’accès et d’être dans les mansuétudes du pouvoir.

La deuxième question est de savoir : « Qui peut être écouté ? »
La réponse est : « Il n’y a pas de malins ». Chacun peut être écouté, Ce sont ceux qui écoutent qui décide de l’intérêt.

La dernière question est de savoir : « Qui dispose du pouvoir ? »
Réponse : Ceux qui ont mains mises sur le capital de la Dette publique !

Le capital de la Dette publique, cinq fois le budget net de l’Etat, est entre les mains de ceux qui bénéficient de la loi 1905. (La loi 1905 défiscalise les immenses revenus des curés.)
Bernard Monnier


On assure la surveillance.
http://www.raidh.org/Telephones-portables-sur-ecoute.html

Écrit par : Bernard Monnier | 01/10/2009

.

Un dossier fort intéressant, merci pour toutes ces précisions !

Écrit par : rami gratuit | 11/06/2010

Les commentaires sont fermés.